Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

20 articles avec poesies des limbes glacees

Mes filles, Aglaé

Mes filles, Aglaé

Elle est élégante d'une élégance française et pulvérulente elle est spirituelle vertueuse et sans péchés aussi est-elle belle et bien aimée mais cela est aussi scélératesse - ô petite pécheresse - car sa fragilité est politesse mais rien n'est chez elle...

Lire la suite

Mes filles, Clélia

Mes filles, Clélia

C'est un visage long, long comme une longue bottine montant haut, haut, resplendissant de dédain ; chatoyant aux hélianthes, aux haleines alpines, un teint mat et de clair châtain Comme des vagues, les rayons, aux vents vifs chevauchent et se fracassent...

Lire la suite

Mes filles, Humbertine

Mes filles, Humbertine

Lorsque son œil se remplit de tout le noir de sa pupille, ses profils irréguliers, approfondis incisés en résilles puis saillants, puis approfondis à nouveau fuselés à la lame découpés aux ciseaux, irisent en rafales d'amalgames venimeuses, en particules...

Lire la suite

Mes filles, Violante

Mes filles, Violante

Des éclairs noirs dans ces yeux arrimés l'affront dans ces lèvres sanglantes l'offense sous ces yeux maquillés et du venin dans sa bouche transpercente Un coup de griffe jaillit le sang et les pleurs une gifle, elle vous écorche le cœur Haïssable femme...

Lire la suite

Mes filles, Oranthe

Mes filles, Oranthe

Comme une infusion pâle enveloppée de nuages qui diffuse son souffle chaud en soupirs hivernaux. Le breuvage macéré, ferrugineux, voilé se divulgue, serein, en particules de thym. A la froideur extrême de sa blonde tessiture un baroque diadème émet de...

Lire la suite

Mes filles, Diamantine

Mes filles, Diamantine

Première brillance du soleil, fragment d'émotion et de craintes à la pudeur vermeille, aux reflets d'absinthe et de pâle clarté du Nord aux grâces italiennes à la teinte orangée-or Ô femme goethéenne Grande étoile ardente aux parfums de tilleuls de malice...

Lire la suite

Le chant de jovialité

Le chant de jovialité

Homme triste qui regarde au loin les ruisseaux paisible et froids Les plaines viticoles et les fluviatiles contrées Homme triste qui se languit devant les forêts profuses et mordorées Homme triste tu n'existes pas ! Homme mélancolique qui contemple en...

Lire la suite

Elégie à Karl Schtroumpf (1803-1847)

Elégie à Karl Schtroumpf (1803-1847)

La pâleur tourmentée, étouffée, essoufflée dans le souffre Rampante dans les légers soubresauts Dans les brouillards fuyants, elle se mêlait Et dans les vents acides et âpres, se mouvait Sous une terre que l'aridité érodait Sous les méandres fracassés...

Lire la suite

Le danseur de polka

Le danseur de polka

Le timide personnage prend les pans descendants Il surnage, glisse et ondoie Latéralement, de part et d'autre du gouffre Où il s'engouffre insensiblement Mais voici que soudain, Il cavale, délié Vif et décidé Dans une fière et prompte distinction Puis...

Lire la suite

1 2 > >>